2007/04/30

Marre des incitations

Nos politiques pressentis ne proposent que des sollicitations !

Même sur le droit des étrangers pas un ne remet en cause la politique dans sa globalité, mais juste une petite loi pour améliorer le cas Y. Quel manque de courage. Poser les questions, veut-on une politique d'immigration, se donner les moyens d'intégrer si sélection....par compétence, par pays..etc Que faire des clandestins...

Sans oublier le droit d'accès à la nationalité qui change sans cesse dépendant du pays d'origine, de son jour de naissance, de sa situation familiale des preuves de résidence à apporter...vraiment nulle cette hypocrisie de façade, on ne bouge rien, mais on respecte la loi Sarko, pas d'arrestation devant les écoles...politiquement correct mais ensuite, la police pour faire du chiffre arrête n'importe comment pour monter un dossier de plus, (rafle lors de distribution de soupe populaire...mais quelle ridicule situation).

Pourquoi toujours ajouter des addendums à cette loi au lieu de la reformuler une bonne foi pour toute de façon claire et plus juste. Que veut le débat participatif ?
Moi experte du peuple, j'en ai marre de ce double langage.

2 commentaires:

francis a dit…

moi, employeur, une nouvelle loi m'impose de vérifier les papiers de mes employés étrangers (comprendre métèques non-européens)... j'ai honte ...

Merci pour la mise en lien...

Paris-émoi

Oh la baleine a dit…

D'ailleurs pour un employeur, la procédure pour embaucher un étranger doit se justifier et est plus complexe. D'un autre côté si tout le monde jouait la transparence se serait correct.

J'ai passé mon annonce ANPE, je n'ai personne, j'envoi la demande à la direction départementale du travail qui répond et avec le dossier je peux embaucher l'étranger qui veut lui faire le boulot que je propose.

Je crois qu'il ne faut pas avoir honte de notre politique sélective, ce qui me choque c'est qu'on mélange un peu tout les clandestins, qui savent dès le départ qu'ils sont en situation irrégulière (et donc sont apte à être pris sur le fait et renvoyés, enfant ou pas), et ceux que l'on fait venir pour étudier et après on les chicane pour rester...

Il n'y pas de solution miracle, mais être plus cohérent rendrait les choses plus serein. A voir dans les villes les policiers qui débloquent de plus en plus, parfois de plus en plus justifié, les agressions inverses des interpellés sont plus forte..mais ou va-t-on ?

De plus va se poser la question du surnombre d'heures supplémentaires que l'on a demandé aux flics de faire pour qu'ils soient présent et que l'Etat ne leur a toujours pas payé, une bombe à retardement....

Le lien avec grand plaisir.