2007/09/20

Etre bien

Tout contre,

Je suis facile à contenter, j'ai la rêverie à portée, qui égrène dans mon dos les notes musicales d'allegro, pour me maintenir en rythme.

J'aime, oui je l'avoue je suis une grande amoureuse, j'aime à tout va, cette sensation de plénitude, je suis en permanence dans mon nuage, parfois certain secoue fort pour que je reprenne pied avec la réalité mais je m'élance à nouveau, part dans les mirages, faut qu'ils tiennent fort la corde pour me rattacher, je sais un ballon d'hélium, quel que soit sa physionomie, ça ne fait pas sérieux, mais l'apparence ne m'a jamais préoccupé, fausse baba cool, planage continuel.

Parfois, je vois avec mes grands yeux, celui qui me transporte, et j'ai grande envie de lui faire partager mes rêves les plus fous, je lui en glisse des bribes incohérentes à lui de compléter le tableau ou d'essayer de rassembler le puzzle.

Non, aucune fuite, toujours voir le présent, sous ma graisse protectrice, parée pour affronter les chocs les plus douloureux, et pourtant ne pas pouvoir s'empêcher de l'édulcorer de le transformer en rêve Bleu. Volonté inconsciente de baleine de se mouvoir en eau transparente.

Je suis toujours dans un état d'euphorie, pourtant je ne me souviens plus de la période ou j'ai décidé avoir ingurgité la potion magique pour la vie.

2 commentaires:

Chris a dit…

C'est une faculté, un don, qu'il faut préserver à tout prix, défendre bec et ongles. J'ai moi, le don de me dissocier en deux parts parfaitement égales. Un morceaux noir plein de soucis, de mal au coeur, de douleur, et un autre bleu, qui flotte bien au vent. Nécessité pour ne pas mourir certainement.J'avais écrit un poème qui commençait par "J'ai besoin d'espaces blancs où respirer la couleur"

Oh la baleine a dit…

Voir la vie, imaginer le rêve, prendre plaisir aux bribes...